INSCRIVEZ-VOUS !

34 salons

dans23 villes

 
Recherche avancée
 

webtv salonce

 

un salon

 

un exposant

Liste alphabétique
 

un exposant- liste alphabétique

 

Annuaire des fournisseurs de CE

 

mementoce

 
 
  • Les annonceurs
  • Les informations pratiques
  • Les dossiers 2014
  • Le fonctionnement
  • Les missions economiques
  • Les activites sociales et culturelles

Services aux salariés

Présentation

Si l’on est élu d’un grand CE, qui possède déjà une bibliothèque avec un rayon multimédia, on peut être tenté de créer une vidéothèque séparée, au sein des locaux de l’entreprise. On achète alors des DVD auprès d’un prestataire qui propose des nouveautés et d’autres films à des tarifs remisés. Généralement, les élus passent par un site Internet, où ils peuvent se connecter pour choisir les titres. La livraison ou l’envoi se fait en 48h. Il est également possible de réserver à l’avance des vidéos de nouveautés à paraître, afin de les obtenir dès leur sortie. La constitution d’une telle vidéothèque permet aux élus de proposer et mettre en valeur une offre cinématographique de référence, d’orienter les choix des salariés et de leur faire découvrir d’autres oeuvres que celles qu’ils peuvent aller voir au cinéma.

Si l’on n’a pas les moyens d’acheter des films, mais l’envie de créer sa propre vidéothèque, on peut tout de même faire profiter aux salariés de son entreprise d’un accès privilégié à la location de DVD, en passant par un prestataire.Bernard Magnier, de Vidéopack, explique le système : «le CE sélectionne des films sur notre site Internet, généralement une centaine, dont tout ou partie est renouvelé chaque mois. On fait parvenir les films au C.E. pour qu’ils puissent les louer ou les prêter aux salariés.Afin de faciliter leurs choix, ceux-ci peuvent consulter sur notre 2ème site Internet la liste et le catalogue visuel des films que leur CE a sélectionné.»

Le tour des offres

Quelques sociétés spécialisées proposent aux collectivités, et notamment aux CE, de louer chaque mois un pack de DVD comprenant des nouveautés (c’est-à-dire des sorties de moins de six mois) et des best of (datant de plus de 6 mois). L’offre est renouvelée régulièrement, afin d’inciter les salariés à revenir.Généralement, le prestataire aide le comité d’entreprise dans sa démarche de communication auprès des salariés, en lui faisant parvenir, par exemple, les affiches des films qui composent les nouveautés de la vidéothèque.
On ne doit pas hésiter à faire jouer la concurrence et comparer les prix et les formules, pour trouver celle qui conviendra le mieux à ses salariés. Pour tester un fournisseur, on aura recours aux contrats d’essai de courte durée qui sont proposés par la plupart d’entre eux. On fera attention également à ce que la livraison ou l’envoi soit gratuit. Dans le cas de l’achat de films, il est à noter que les tarifs sont souvent dégressifs, en fonction notamment de l’ancienneté des sorties.

Les pièges à éviter

Attention, pour pouvoir être prêtés ou loués, les DVD doivent être acquis avec des droits de prêt et de location pour un usage privé dans le cadre familial, droits négociés avec les producteurs (Directive européenne 19/11/92).

Le CE ne peut donc en aucun cas acheter des vidéos dans les grandes surfaces traditionnelles, il doit passer par des organismes ayant déjà négocié ces droits (ou les négocier lui-même avec les producteurs ou ayantsdroit).

Bernard Magnier estime que de nombreux CE ne respectent pas la loi, par méconnaissance, alors même que la responsabilité pénale du secrétaire de CE estimpliquée.

Bon à savoir

On évaluera le succès d’une vidéothèque, non au nombre de films qu’elle a en présentation mais plutôt en fonction du nombre de sorties de ces films. Dans ce domaine, la fréquence des permanences du CE fait la différence : on empruntera plus facilement dans une vidéothèque ouverte tous les jours à l’heure du repas ou au moins 2 à 3 fois par semaine, plutôt qu’une fois tous les 15 jours.

Lorsque les élus sont surchargés de travail, ils peuvent faire appel à des salariés bénévoles et passionnés.A Vidéopack, le prix moyen pour une centaine de films avec 10% de nouveautés est de 2,90€ par film et par mois.A ce prix-là, un vidéoclub traditionnel loue un film pour 24 heures. A titre indicatif, 50% des CE proposent donc leurs DVD gratuitement et 50% les louent entre 0,50 cts et 1€. La plupart, pour éviter de tenir des comptes d’apothicaire, proposent des cartes de 10 locations prépayées.

Pour en SAVOIR PLUS

www.imagesenbibliotheques.fr, une «association au service des bibliothécaires de l’image».
« Information pour l’ouverture d’un dépôt vidéo » disponible sur le site du Conseil Général de Loire- Atlantique.

Pour des informations juridiques :
www.cnc.fr, CNC Centre national du Cinéma
www.alpa.asso.fr, ALPA Association de lutte contre la Piraterie

0 Commentaire

Participez ! Laissez-nous un commentaire

     
    • Abonnez-vous à la NewsletterCE

    Guy Lerale

    Secrétaire du CE d’ACE group

    Secrétaire du CE d’ACE Insurance, Guy Lerale a lancé la vidéothèque dans son entreprise il y a une quinzaine d’années. Par ce biais, c’est du lien social qu’il cherche à recréer.