INSCRIVEZ-VOUS !

34 salons

dans23 villes

 
Recherche avancée
 

webtv salonce

 

un salon

 

un exposant

Liste alphabétique
 

un exposant- liste alphabétique

 

Annuaire des fournisseurs de CE

 

mementoce

 
 
  • Les annonceurs
  • Les informations pratiques
  • Les dossiers 2014
  • Le fonctionnement
  • Les missions economiques
  • Les activites sociales et culturelles

Activités sociales et culturelle

Quand le comité des oeuvres sociales prépare le budget et quand l’ensemble du comité d’entreprise le vote, il est bon d’expliciter les arbitrages entre les différentes rubriques et de s’interroger sur les conséquences sociales, sociétales, environnementales de chaque poste budgétaire.

Pour agir pour le développement durable, nul n’est forcément besoin d’aller très loin. Les élus peuvent s’en rendre compte lorsqu’ils gèrent le restaurant d’entreprise. Ils peuvent faire appel à une entreprise qui partage ces valeurs. C’est le cas de la société Ansamble, le 5ème acteur français de restauration collective, qui propose une restauration durablement ancrée dans les régions (via des partenariats avec des acteurs locaux), mais aussi, en interne, centrée autour de l’humain, grâce à un accompagnement social et professionnel, une promotion des talents, un espace de formation et d’intégration.Produits locaux et de saison qui évitent l’utilisation d’engrais pour faire pousser des tomates en plein hiver et de camions pour les importer d’Espagne, mais aussi produits issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitables, pour ceux qui ne peuvent être créés localement, comme le café ou le thé. Cependant, les produits bios ou équitables sont souvent plus chers que leurs homologues traditionnels, que l’on peut proposer à côtés des produits sélectionnés. Une information et une sensibilisation des salariés est alors la clé de la réussite du projet.

Comme dans toute filière, il peut y avoir des arnaques, il faut être sûr que l’argent des produits équitables est bien reversé aux producteurs. Pour cela, on pourra privilégier les labels reconnus comme Max Haavelar, par exemple.

De façon générale, un élu sensibilisé au développement durable évitera les activités voraces en énergie. Le transport aérien contribuant sensiblement à l’effet de serre et donc au changement climatique, ils envisageront de remplacer le traditionnel week-end dans une grande ville de Méditerranée par un séjour en péniche sur un canal. Le week-end de neige se fera t-il en train ou en bus ?Ceux qui s’intéressent particulièrement au développement des pays moins économiquement avancés proposeront des séjours qui laisseront une grande part de valeur ajoutée dans les villes et villages du pays et non dans des hôtels résidences où tout est importé à l’exception de la main d’oeuvre. Les élus veilleront pourtant à adapter leurs propositions aux exigences des salariés de l’entreprise. Organiser un séjour très éthique de type « baroudeur », c’est bien, mais si personne ne souhaite y participer, ce n’est pas terrible. Si les salariés attendent malgré tout un certain niveau de confort, pourquoi ne pas leur proposer, sur place, de passer une journée à découvrir une association locale que le CE subventionnera ?

Dans tous les cas, il faudra veiller à bien sélectionner son agence de voyages. Certaines proposent des séjours labellisés « équitables » à des prix très élevés alors qu’ne infime partie des bénéfices est reversée localement. Selon l’expérience de certains élus, le plus difficile, c’est de faire évoluer les fournisseurs, qui ne proposent jamais d’eux-mêmes ce type d’action, et qui, parfois, freinent des quatre fers lorsque l’on n’entre pas dans leurs circuits traditionnels.Des élus sensibles à la lutte pour un travail décent proposeront pour l’arbre de Noël des jouets et autres cadeaux recommandés par le collectif « De l’éthique sur l’étiquette » et des produits du commerce équitable. Les très gros CE pourront charger un organisme indépendant de mener une enquête sur les fournisseurs, notamment de jouets, qui sont pour la plupart situés en Asie. Les circuits courts avec des coopératives, locales ou lointaines, peuvent être privilégiés. Malheureusement, à l’heure actuelle, l’essentiel de la fabrication de jouets à destination de l’Europe se fait en Chine, dans des conditions qui ne correspondent pas vraiment aux exigences du développement durable.

Pourquoi alors ne pas monter un partenariat avec une association caritative ? Il peut s’agir de permettre à l’une d’entre elles de s’installer gratuitement dans les locaux du CE pour une vente, ou encore d’inciter les salariés dont les enfants sont déjà couverts de cadeaux chez eux à donner leurs cadeaux. Un jouet neuf n’a pas la même valeur qu’un jouet d’occasion, et pas seulement en termes pécuniaires.Quand elle est de la responsabilité du CE, les élus peuvent vérifier que la complémentaire santé est adaptée aux besoins de l’ensemble de la population couverte ou plutôt qu’elle ne permette à un nombre restreint de personnes d’avoir accès à des prestations de confort au détriment de, par exemple, une meilleure prise en charge de la prévention ?Des élus sensibles aux relations avec la communauté feront participer les membres de la collectivité de travail qui ne font pas statutairement partie de l’entreprise à certaines activités du CE pour créer du lien social. Il n’est pas légal de consacrer des moyens financiers aux personnes dont la masse salariale n’entre pas dans le calcul de la dotation au CE mais rien n’empêche les intérimaires d’emprunter les livres à la bibliothèque… Si on a pris la peine de les prévenir. Des CE d’une même zone d’activités ou d’une même filière de production, de taille et de moyens financiers différents, peuvent mettre en commun certaines activités, à la fois pour une meilleure efficacité et pour mieux se connaître.Pour des élus sensibles à la vie dans le bassin d’emploi, un CE peut indirectement contribuer à la création d’emplois en organisant et/ou finançant sous forme de chèques emploi service universel (CESU) la sous-traitance de tâches ménagères comme la garde d’enfants, le jardinage ou le repassage ; il fera aussi en sorte de payer ces services à un prix correct.

Les engagements du commerce équitable

• Un prix juste (des prix stables et plus rémunérateurs que les cours mondiaux)
• Une avance si nécessaire (possibilité de préfinancement qui évite aux paysans de devoir s’endetter)
• Une relation durable (relation commerciale à long terme)
• Le respect des droits sociaux
• Le respect de l’environnement (encourager les producteurs à l’agriculture biologique par exemple)
• Des produits de qualité
• Un appui visant le renforcement des organisations de producteurs
• La sensibilisation de l’opinion publique sur les réalités du commerce international et campagne en faveur de changements des règles et des pratiques du commerce international conventionnel.

Pour en SAVOIR PLUS

• ORSE, Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises
www.orse.org
• Novethic, centre de ressources sur la responsabilité sociale de l’entreprise et l’investissement socialement responsable (ISR)
www.novethic.fr
• Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme
www.fph.ch
• IMS Entreprendre
www.imsentreprendre.com
• L’Observatoire de la Finance
obsfin.ch
• Responsabilité sociétale et gouvernance des organisations
www.gestion-attentive.com
• Leader européen de la notation extra-financière
www.vigeo.com
• Chaire de RSE et de développement durable de l’université du Québec à Montréal
www.crsdd.uqam.ca

0 Commentaire

Participez ! Laissez-nous un commentaire

     
    • Abonnez-vous à la NewsletterCE

    Christian JOUEN

    CE Bayard Presse.

    Christian Jouen est secrétaire du CE de Bayard Presse. Depuis plusieurs années, le CE de ce grand groupe de presse jeunesse est fortement impliqué dans le développement durable, à tous les niveaux : restaurant d’entreprise, Noël, voyages et vacances, placements.